Tenerife – Le toit de l’Espagne

En vacances, il y a ceux qui enchainent les grasses matinées et il y a les autres… Je pense que vous savez à quelle catégorie j’appartiens…

3h30 le réveil sonne. Ca pique les yeux, les sacs sont prêts depuis la veille au soir et il ne faut pas tarder car le départ de la randonnée est quand même à 1h de voiture. Direction le parking de la Montana Blanca pour retrouver le sentier qui nous mènera jusqu’au point le plus haut d’Espagne : le Teide (3715m) !

Frontale sur la tête, batons en main, sacs vissés sur les épaules, lets go ! Le chemin se dessine sous nos pieds dans la nuit noire et on aperçoit plus haut sur le volcan les lampes d’autres randonneurs motivés partis un peu plus tôt. Peu à peu, la piste caillouteuse se transforme en sentier bordé d’anciennes coulées de laves.

A mesure que l’on progresse le jour se lève, mais nos calculs ont été bons et nous arriverons au sommet pour les premiers rayons de soleil. Sur l’itinéraire, on croise des marcheurs plus ou moins équipés. Certains s’arrêtent relativement bas, épuisés et timidement éclairés par la seule lumière de leur smartphone. En basket de ville et petit survêtement du dimanche, je me suis demandé ce qu’ils faisaient à presque 3000m d’altitude…

Après avoir passé le refuge Altavista (actuellement fermé), nous prenons la direction de l’arrivée du téléphérique. Celui-ci n’ouvre qu’à partir de 9h pour ceux qui ont la flemme de marcher quelques heures dans un paysage grandiose. Je taquine, c’est bien pratique pour en prendre plein les yeux !

Au sommet, nous avons retrouvé un petit groupe de lèves-tôt. On pouvait voir l’émerveillement dans les yeux de chacun. En attendant le lever de soleil à 3715m d’altitude après un belle montée, on se refroidit rapidement. Alors on se réchauffe en mettant les jambes dans les fumeroles de souffres qui sortent du sol. Parfois, ça chauffe. Parfois ça brule… C’est l’jeu ma pauvre Lucette !

Comme l’heure tourne et qu’il faut être plus bas que l’arrivée du téléphérique avant 9h (voir Pourquoi se lever aussi tôt ? un peu plus bas), nous redescendons tranquillement du sommet pour trouver un spot à l’abris du vent histoire de sortir le petit déjeuné du sac à dos. Les thermos de thé sont encore bien fumantes, les bananes sont là, sans oublier les tablettes de chocolat.

C’est jusqu’à présent une des plus belles randonnées que j’ai fait de ma vie. C’est une montée exigeante, mais le final au sommet du volcan vous fera oublier l’effort. Le retour jusqu’au parking s’est ensuite fait au soleil et sous une forte chaleur. Rien de bien méchant, mais nous avons souhaité bonne chance à tous ceux que l’on a croiser en sens inverse. Autant vous dire que les gourdes étaient totalement vides une fois arrivés à la voiture.


Pourquoi se lever aussi tôt ?

  1. pour ne pas crever de chaud en plein jour.
  2. pour éviter de devoir prendre le permis qui donne accès au sommet à une centaine de personnes entre 9h du matin et 19h.

Et oui, le site étant protégé, des mesures ont été mises en places pour limiter l’afflux et minimiser l’impact des nombreux touristes sur un environnement exceptionnel. Les photos le démontrent, non ?


En quelques chiffres, c’était :

  • 9.5 km d’ascension (donc x2, car il faut bien redescendre un jour).
  • 1370m de dénivelé, ça grimpe relativement bien.
  • 2h35 de montée et 1h50 de descente ; sans oublier le petit déj au sommet.
  • Plus d’infos sur mon compte Strava ici.

Publié par Pierrick

Montagne, Outdoor, Drone & Photos

Un avis sur « Tenerife – Le toit de l’Espagne »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :