La Cascade de Burgeat à Manigod

Aujourd’hui, j’ai décidé de suivre la petite rivière du Fier au fond de la vallée de Manigod pour aller à la découverte d’une cascade dont on m’avait pas mal parlé : La Cascade de Burgeat. Après avoir vu quelques photos en ligne, il m’a fallu peu de temps pour être motivé. Vous allez vite comprendre pourquoi !

1104-2018-024981277744983782-e1523600957681

Techniquement, il ne s’agit pas d’une grande randonnée. On se gare à côté du pont de la Gutary. Là, les panneaux de randonnée indiquent le chemin à suivre. Et c’est parti pour une petite montée dans la forêt après avoir suivi la rivière.

En quelques dizaines de minutes, on entend déjà le bruit de l’eau et la cascade de Burgeat se dévoile très rapidement dans une nature verdoyante et rocailleuse.

1104-2018-024781275685834322

Ça donne envie, non ?


Carnet de voyage

6 Jours de Trek à Madère

En ce début de semaine, j’ai décidé de revenir sur mon dernier voyage sur l’Ile de Madère. Bien que le caractère insulaire de cette destination fasse d’abord penser au soleil et à la baignade, ce sont avant tout les montagnes que nous avons parcourues en long en large et en travers.

Notre premier vrai trek

L’an dernier, ma copine Marine et moi-même avons décidé de partir faire un trek dans un endroit que nous ne connaissions pas du tout. Notre choix s’est porté sur l’île de Madère, pour plusieurs raisons : le prix, le climat et les montagnes à découvrir. Etant novices et n’ayant pas forcément le temps de nous organiser, nous avons fait confiance à Terres d’Aventure pour mettre sur pied un trek de 6 jours en autonomie. Quelques semaines plus tard, c’est donc avec nos sacs à dos, de bonnes chaussures, une carte et un roadbook des différentes étapes que nous sommes partis à la découverte d’un vrai petit paradis.

IMG_3347

Nous avons passé notre première nuit à Machico pour dès le lendemain aller nous échauffer en direction de la pointe de Sao Lourenço. Soit une petite randonnée de 8km pour un peu moins de 400m de dénivelé. De la rigolade par rapport aux jours à venir !

trek-madere-day1

De retour à Machico pour une deuxième nuit, les choses sérieuses ont commencé dès le réveil avec une traversée en direction de Porto Da Cruz sur la côte Ouest de Madère. Au programme : 15km et 340m de dénivelé. En suivant les levadas – les canaux qui parcourent l’île – nous avons d’abord passé un col avant de longer la côte en contemplant l’océan du haut des falaises qui dominent le rivage.

trek-madere-day2

Après une petite escalade à la rhumerie de Porto Da Cruz, nous avons rejoint un petit hôtel à Santana. Une charmante ville aux jolies maisons traditionnelles, point de départ des deux prochaines randonnées.

Falaises, plages, et rebelote

Pour mieux revenir sur nos pas, nous avons pris un petit bus local afin de nous éloigner de Santana. Nous avons ensuite longé une nouvelle fois la côte. De Sao Jorge à Santana, il n’y a que 15km mais, en descendant plusieurs fois du sommet au pied des falaises, on arrive vite à 1200m de dénivelé. Traverser des cultures de bananes, d’immenses jardins et toujours en suivant des levadas, c’est un autre monde et c’est réellement magique.

trek-madere-day3

Le jour suivant, nos jambes (et un taxi) nous ont emmenés au départ de la plus belle étape de notre périple : la traversée de Madère du Pico Ruivo jusqu’au col d’Encumeada.

Le plus bel endroit de Madère

Le sommet de l’île culmine tout de même à 1862m et, au petit matin, les couleurs étaient sublimes. Si vous ne me croyez pas, attendez de voir les photos qui vont suivre !

Bref, nous avons fait un peu plus de 15km pour 840m de dénivelé, sous un soleil cuisant et à travers des vallées à couper le souffle. Une fois au col d’Encumeada, l’hôtel nous attendait au milieu des montagnes.

trek-madere-day4

Un bon repos, une grosse nuit de sommeil, et nous étions parés pour la suite.

Au coeur de l’île, nous avons fait une belle boucle entre forêt primaire, levadas abandonnées, tunnel et encore de la forêt. Pour tout vous dire, ça faisait un bien fou d’avoir un peu de fraicheur au creux de ces belles montagnes.

Après avoir parcouru 21km, nous étions de retour à l’hôtel. La suite, vous la connaissez : repos, repas, dodo.

trek-madere-day5

Pour le dernier jour de randonnée, nous devions parcourir plus de montagnes mais des éboulements nous ont contraint à improviser un autre itinéraire en direction de la capital Funchal. A l’aide de notre carte et toujours en suivant les canaux, nous sommes descendus en vallée, avant de remonter en direction d’un joli village perché : Fontes.

IMG_3597

Bien que la pluie ait décidé de se joindre à nous, la motivation était là ! Ce qui nous a permis de finir en beauté avec un parcours de 18km pour 1000m de dénivelé. Quand on part en rando, on ne rigole pas !

trek-madere-day6

Arrivés à Funchal, nous avons posé les sacs pour profiter de Madère en bon touriste. Resto, musées, jardin botanique, baignade… C’était bien mérité. Evidemment, nous n’avons pas visité toute l’île, mais on s’est promis d’y retourner pour voir ou revoir ce petit coin de paradis.


Carnet de voyage

  • Un petit hôtel, accueillant, familial et pas trop cher : Casa do Til à Santana,
  • La Rua de Santa Maria à Funchal, une très belle rue de la capitale où vous aurez plus que le choix pour trouver un resto,
  • Hôtel Encumeada, un grand hôtel en pleine montagne sans rien autour. Idéal pour des randonneurs. On dirait l’hôtel de Shining mais en version tropicale et en mieux,
  • Et pour un trek organisé de A à Z, vous pouvez faire comme nous et passer par Terdav.

Si vous avez des questions ou tout simplement envie de partir découvrir cette belle île, n’hésitez pas à me contacter. Je ferai de mon mieux pour vous conseiller !


Et en vidéo, ça donne ça

Cette vidéo était initialement prévue pour nos proches – d’où son interminable longueur. A très bientôt pour de nouvelles aventures !

 

Randonnée sauvage dans Le Dévoluy

Avant de déménager en Haute-Savoie, un de mes points de vue favoris était la Tête de Girbault dans le massif du Dévoluy. Au pied de la Tête de Claudel dans le prolongement de la Montagne de Faraut, il n’y a pas de sentier pour y accéder. Simplement une belle ascension libre à flan de montagne dans un décor sauvage et majestueux !

img_1674

Au départ du col du Noyer, à 1664m d’altide, il faut d’abord prendre la direction du col de la Somme, avant de rapidement s’écarter du chemin pour trouver sa voie sur le vallon de droite. Là commence la montée… et 2,5 km de distance pour 650m de dénivelé, autant dire que c’est une belle montée.

Randonner en mode freeride

Rien de bien compliqué, si ce n’est avoir du courage et prendre son temps pour atteindre le sommet sans être complètement épuisé. Une fois en haut, de gros cairns jonchent la crête depuis laquelle la vue sur la vallée du Dévoluy et le col du Noyer est unique. On aperçoit le haut du plateau de Bure et l’observatoire de l’IRAM lorsque le temps est dégagé. Enfin à l’opposé, on devine certaines parties de la vallée du Champsaur et les Ecrins au loin.

img_1663

Réellement sauvage

Cette randonnée est un véritable moment d’évasion et d’aventure. On se sent libre, coupé du monde, et au dessus de tout. Comme si le temps s’arrêtait là-haut, on aimerait y rester le plus longtemps possible pour scruter les pierres, les arrêtes environnantes et les animaux surpris de croiser des marcheurs par ici.

Pour redescendre, deux options s’offrent à vous :

  • Soit revenir sur vos pas, mais attention le terrain est très pentu et glissant dans les pierriers (surtout au début).
  • Soit suivre la crête à la descente pour s’engager sur l’autre versant en direction de la vallée du Dévoluy. Bien qu’il n’y ait aucun balisage, on devine des traces et sentiers empruntés par les amoureux du coin !

La seconde option vous permettra de remonter par la route du col du Noyer dans la vallée et avec un peu de chance vous croiserez quelques marmottes, qui sont très nombreuses dans le secteur 🙂

img_1678

J’ai fait cette randonnée plusieurs fois au printemps 2017. Pour les plus courageux, il est aussi possible de poursuivre son ascension jusqu’à la Tête de Claudel qui domine la Tête de Girbault. Là encore, pas de sentier. Il suffit de suivre la crête, mais un couloir un peu technique nécessitera plus de prudence et il faudra faire un peu d’escalade sur quelques mètres. Si vous avez le vertige, je pense que vous pouvez passer votre chemin.

Ici ou ailleurs, la montagne est belle mais soyez prudents !


Carnet de voyage

Ski de fond aux Confins

Après un week-end de pâques en famille où les repas sont copieux et parfois plus conséquents que d’habitude, je suis allé tâter la neige du domaine nordique des Confins à La Clusaz.

Une belle matinée de glisse

Avec un espace nordique tous niveaux, les pistes forment des boucles plus ou moins longues à partir du chalet de départ. Parfait pour une balade à ski en ce lundi férié !

0204-2018-065928084583714680

Le soleil était présent et la motivation aussi 😎

0204-2018-065628081218783298


Carnet de voyage

Ski de randonnée dans les Aravis

Les itinéraires balisés de ski de randonnées sont de plus en plus nombreux, et on peut en trouver un peu partout dans les Aravis. La Clusaz en a balisé plusieurs et, du côté de Manigod, un itinéraire relativement court (1km) permet de faire 200m de dénivelé et de redescendre par les pistes du domaine skiable. La preuve avec de belles images réalisées depuis le col de la Croix Fry, pendant ma pause du midi avant de retourner au bureau.

La saison de ski est maintenant terminée pour moi, mais les images ça reste en attendant l’hiver prochain !


En vidéo, ça donne ça

ATTENTION : pour s’initier à la pratique du ski de randonnée, il est important d’être très prudent en optant soit pour des itinéraires balisés par les stations, soit en étant accompagné d’un professionnel, soit les deux en même temps. Enfin, n’oubliez pas de consulter la météo, le risque d’avalanche et d’avoir avec vous le trio magique : ARVA pelle sonde !


Carnet de voyage

Raquettes au plateau de Beauregard

Il y a quelques temps, je me suis joint à un groupe pour une sortie en raquettes sur le plateau de Beauregard, du côté de Manigod. C’est un superbe terrain de jeu où il y en a pour tous les niveaux et tous les goûts. En effet, le plateau compte un domaine nordique de ski de fond, des pistes de ski alpin, des itinéraires balisés pour les piétons et les raquettes, sans oublier de jolis endroits sauvages pour du ski de randonnée tout en douceur (mais c’est un autre sujet que nous aborderons une prochaine fois).

Sauvage mais accessible

J’ai profité de cette sortie pour tester un nouvel équipement fraichement reçu : mon Samsung Galaxy S8 Plus avec le stabilisateur Zhiyun Smooth Q. Je vous parlerai plus longuement de mon matériel dans un prochain article. En tout cas, je suis très satisfait du résultat et j’espère que ça va vous plaire aussi.

Dorénavant, la plupart de mes vidéos seront filmées avec ce matériel. Léger, pratique et à la hauteur de mes attentes.


Et en vidéo, ça donne ça

Vidéo réalisée pour l’Office de Tourisme de Manigod


Carnet de voyage

Un trail blanc de nuit, ça vous tente ?

L’hiver, il n’y a pas que le ski…

Il y a aussi de magnifiques courses à pied à faire en montagne. Avec une météo parfaite, de l’ambiance et un neige idéale, le Trail de l’Aigle Blanc à Manigod était l’un des plus beaux trails blanc de l’hiver. Le nouveau parcours sur le plateau de Beauregard a vraiment plu aux coureurs. Le tout à la tombée de la nuit : magique !!!

Un nouveau parcours plus nature de 10.4km pour 304m de dénivelé.

Courir de nuit dans la neige, c’est une chose à faire au moins un fois dans sa vie. Et si vous n’êtes pas sportifs, le spectacle vaut vraiment le coup. D’ailleurs pour certains, le rendez-vous est déjà pris pour l’année prochaine.

Moi, j’y serai et très probablement pour courir (et filmer un peu en même temps).


Carnet de voyage


Et en vidéo, ça donne ça

Vidéo réalisée pour l’Office de Tourisme de Manigod.