La fin de la saison a sonné

Les derniers skieurs profitent des quelques pistes encore ouvertes, et moi je profite des belles soirées que nous offre le printemps ! Ça aurait été trop bête de ne pas immortaliser le tout avec un petit vol de drone, non ?

Du coup, direction le Plateau de Beauregard pour une marche d’approche à la cool dans la neige. Une fois arrivé sur ce magnifique spot à la croisée des vallées de Thones, Manigod et La Clusaz, il n’y avait plus qu’à attendre que l’astre du jour descende se cacher.

Et là, le spectacle commence ! La neige encore bien présente, les chalets d’alpage inoccupés, la dameuse du domaine nordique qui fait son dernier tour des pistes avant la fermeture demain soir… Bref, le décor était parfait !

Faire sa trace

J’avais pourtant ressorti le vélo et rangé le manteau. Mais, la neige a fait son retour et la météo annoncée était trop belle pour ne pas retourner skier une dernière fois. C’est donc plein de motivation que nous sommes repartis à l’assaut de la Pointe d’Orsière avec Marine et notre fidèle husky Oka.

DJI_0702

À force d’y aller sur ce bout de montagne, je le connais presque par coeur. En trail, en randonnée, à ski… C’est un de mes points de vue préféré sur la vallée de Manigod et le Mont Charvin lorsqu’on arrive au sommet. J’y étais 7 jours plus tôt pour initier mon papa au ski de rando et c’est à chaque un pur plaisir de faire la montée et la (trop courte) descente à travers les alpages.

20190330_120343.jpg

Pour cette dernière sortie ski de rando, nous avions donc une neige de printemps un peu lourde de 30 à 40cm par endroit. Tantôt dure, tantôt poudreuse, nous n’allions pas faire les difficiles car nous étions seuls, tous les trois durant toute notre excursion !

20190406_115535.jpg

Drone dans le sac à dos et appareil prêt photo prêt à filmer, tous les bons moments sont en boite et désormais ils sont en ligne :

La vie version carte postale

Pas de texte à rallonge aujourd’hui, mais une petite pensée qui traduit – je pense – mon mode de vie. Vous allez voir, cela tient en quelques mots : savoir profiter et se donner les moyens d’être heureux !

1002-2019-0550065111772981648895.jpeg

Vous le savez peut-être déjà, j’ai fait le choix de vivre en montagne, car c’est un environnement que j’aime énormément. Contrairement à de nombreuses personnes, j’ai donc cherché un endroit où je me sentais bien et ensuite un travail dans cet endroit. J’entends déjà les « facile à dire »… mais sérieusement lorsque l’on a envie de faire quelque chose, d’aller quelque part, de vivre son rêve : POURQUOI SE PRIVER !

1002-2019-0606596112923368730957.jpeg

De nos jours, il est relativement simple de déménager dans une autre région, voire à l’autre bout du monde, alors inutile d’avoir peur. Je ne cherche pas à faire la morale ici, ou à étaler mon bonheur. J’avais surtout envie de dire qu’en ce début d’année 2019, je suis heureux, épanoui et plus que jamais passionné par tout un tas de choses. Les journées sont parfois trop courtes pour tout partager sur ce blog, alors voici visuellement ma vie (hivernale) version carte postale.

1002-2019-0544453111767369620130.jpeg

Et oui, été comme hiver, le drone est de sortie.
Il n’a pas le temps de prendre la poussière 😉

1002-2019-0547041111769957822859.jpeg

Avant l’hiver…

Salut la compagnie, ça fait longtemps que je n’ai pas écrit ici. Pourtant en ce début d’année je dois dire que j’ai beaucoup de choses à faire et à raconter. Il va falloir que je m’organise un peu mieux pour publier des contenus régulièrement ici. Bref, ne tournons pas plus longuement autour du pot et direction la montagne pour une nouvelle randonnée.

3112-2018-0919483360999264569237.jpeg

Vous êtes prêts ? Ça tombe bien moi aussi ! L’hiver a mis un moment à arriver et, pendant les vacances de Noël, mes skis prenaient la poussière. Je ne peux pas en dire autant de mes baskets qui ont fait des heures supp’ avec de belles sorties sur terre, neige et glace. Parmi ces sorties, il y a une belle grimpette jusqu’à la Point d’Orsière à Manigod dans les Aravis.

3112-2018-0928632361008413219885.jpeg

C’est un de mes itinéraires préférés à côté de la maison que ça soit en marchant ou en courant. D’ailleurs, si la version estivale vous intéresse, c’est ici que ça se passe. Une montée en alpage jusqu’à une pointe offrant un point de vue magique à 360 degrés et une descente sur le même chemin. Rien de plus simple !

3112-2018-0927800361007581529885.jpeg

Dans une version préhivernale, il faudra tout de même être prudent. Certains passages peuvent être glacés et, contrairement aux alpages, le sommet peut être enneigé. On ne rigole pas avec les conditions, les avalanches… Tout ça tout ça 😛

3112-2018-0929372361009153239038.jpeg

Voilà… Depuis cette balade, la neige est arrivée et la prochaine que je monterai à la Pointe d’Orsière, ça sera probablement avec mes skis de randonnée (et toujours mon drone).

3112-2018-0930792361010573719229.jpeg

Ah oui… et au fait ! Bonne année 2019 à tous. Le bonheur chez vous et de belles aventures pour les 12 mois à venir 🙂

3112-2018-0927092361006873515617.jpeg

Objectif Ironman 70.3

Voilà quelques semaines que je n’avais pas écrit par ici. Je reviens donc avec une grosse nouvelle à partager avec vous. Un gamin ? Un mariage ? Une maison ? Naaan, beaucoup mieux que ça 😉 Par où commencer ? Hé bien, par le début… Au printemps dernier, je me suis remis au triathlon en rejoignant le club TMT (Team Mermillod Triathlon) avec une grosse envie : celle de faire un Ironman. L’idée étant de terminer un ou deux Half-Ironman en 2019 et (peut-être) tenter le coup sur un gros en 2020.

Si vous lisez régulièrement ce blog, vous connaissez mon amour pour la montagne et surtout pour les sports qui vont avec. Mais plus largement, j’ai longtemps fait de la natation, j’ai toujours couru plus ou moins – parfois beaucoup – et, comme j’avais déjà goûté au triathlon il y a quelques années, j’ai logiquement fini par m’intéresser aux courses longues distances.

Le rendez-vous est pris !

Pour me motiver encore plus, parce que les prix d’inscription augmentent petit à petit, et parce qu’il faut bien le faire un jour, je me suis inscrit. Ça y est, le compte à rebours est lancé : je serai au départ de l’Ironman 70.3 Pays d’Aix le 12 mai 2019.

Comme son nom l’indique, ce triathlon a lieu à Aix-en-Provence et ça va être bien fun (j’essayerai de vous raconter ça plus en détail dans un autre article). Évidemment, une course pareille ça se prépare. On n’y va pas les mains dans les poches ! L’envie et la motivation sont là… Alors, place à l’entrainement !

Les mardis et jeudis matin sont déjà réservés à la natation. Il ne me reste plus qu’à m’organiser pour pédaler et courir les autres jours de la semaine. Je devrais commencer avec 6 à 7h d’entrainement par semaine, pour augmenter progressivement et finir à une douzaine d’heures.  Que du bonheur, hein ?

C’est quoi un Ironman (et un Half-Ironman) ?

Comme nous le dit si bien Wikipedia :

L’Ironman est dans le langage commun du triathlon le nom donné à l’un des plus longs formats de la discipline. D’une distance totale de 226 kilomètres (140,6 miles), une compétition Ironman, « Homme de fer » en français, est une course multi-disciplinaire consistant à enchaîner 3,8 km de natation, 180,2 km de cyclisme puis un marathon (course à pied de 42,195 km).

Depuis 1978, des fous amoureux de triathlon se dépassent pour terminer ce genre de course mythique. En 2005, un format court a fait son apparition le 70.3. Enfin, ça n’est pas si court que ça puisqu’il s’agit de la moitié.

Ces compétitions plus courtes, appelées aussi « half Ironman », se pratiquent sur des distances de 1,9 km de natation, 90 km de vélo et 21 km de course à pied, soit 113 km (70,3 miles, d’où sa dénomination).

Voilà, vous savez ce qui m’attend pour les mois et années à venir. À ce qu’il paraît, quand on y goûte on y prend goût. Donc si tout se passe bien, je suis parti pour en faire quelques-uns !

Mais, pourquoi tu fais ça ?

Je n’ai malheureusement pas une réponse, mais plusieurs idées qui fusent à 200kmh dans ma tête.

  • Parce que c’est un défi.
  • Parce que j’ai envie de me tester, de jouer avec mon mental et d’en ressortir plus heureux que jamais.
  • Parce que j’aime me dépenser et que le sport est une (bonne) drogue.

Je pense que chacun se lance des défis, non pas pour épater la galerie, mais pour soi, par envie ou par amour d’un sport. J’ai un cousin qui est à fond dans le trail depuis quelques années et qui a récemment fini son premier 75km. Du coup, il prépare la CCC de l’UTMB (101km pour 6 100 mètres de dénivelé positif). Bravo à lui !

Toujours plus haut, toujours plus loin, toujours plus fort !

30 ans, 30 kilomètres

Salut à tous ! C’est un cap, c’est une nouvelle page qui se tourne, c’est grand moment… blablablaaa… Oh, c’est quoi ces conneries 😛 Ok, je viens d’avoir 30 ans, mais ça ne change pas grand-chose.

Un peu violente cette introduction, non? Pour ceux qui ne le savent pas, je ne suis pas un grand fan des fêtes d’anniversaire. Évidemment, ça fait toujours plaisir, mais ça reste une journée comme une autre. Alors au lieu de faire une soirée bien arrosée, de se mettre minable, d’avoir un tas de cadeaux, je me suis fait mon cadeau à moi : courir un kilomètre par année passée !

Capture d_écran 2018-10-26 à 08.09.07

Étant installé en montagne dans les Aravis, le choix était vaste. J’ai donc opté pour un tracé que je connaissais en randonnée pour avoir quelques repères. Courir trente bornes, ça n’est pas rien et c’était une première. Je ne voulais pas avoir de mauvaise surprise et, plus que tout, je voulais y arriver.

Le parcours trail

À vue d’oeil, je pensais partir de la maison dans la vallée de Manigod pour monter au col de Merdassier par les sentiers (5 km), ensuite rejoindre le col de la Croix Fry (3 km), faire le parcours balisé de trail de 10 km du Plateau de Beauregard et revenir sur mes pas pour rentrer en passant par le coeur du village afin d’être sûr de faire 30km.

Résultat : je suis arrivé devant chez moi à 29,6 km. J’ai donc trottiné quelques minutes le long de la route pour atteindre mon but. Et hop : 30,01 km pour 1 258m de dénivelé !

La Goenne

J’ai plutôt l’habitude de courir une dizaine de kilomètres, voire un peu plus. Là, c’était tout nouveau. Les douleurs aussi autour de 25 km étaient nouvelles. Ça tape dans les genoux et on sent le bas du dos se raidir. La motivation est toujours là, le souffle et la force aussi, alors c’est le mental qui fait une grosse partie du boulot pour que l’on continue.

L’anniversaire était une excuse pour marquer le coup, car en réalité j’avais envie de voir si je pouvais encaisser des distances un peu plus longues. Comme je compte faire un ou deux Half-Ironman en 2019, on va dire que c’est le début de ma préparation !

Pour les sportifs, retrouvons-nous sur Strava !

Seuls au sommet du Sulens

Hello les amoureux de randonnée ! Une petite balade facile nous attend aujourd’hui puisqu’on part à l’ascension de la montagne de Sulens – aussi appelé tout simplement Le Sulens. Une sortie plutôt cool, sans difficulté, qui peut se faire en famille et qui offre un point de vue de dingue sur le massif de Aravis, la Tournette et la vallée de Thônes. Ça donne envie, hein ? Alors c’est parti !

0510-2018-0519195185838343693149.jpeg

Pour débuter cette jolie escapade en alpage, il faut d’abord se rendre au col de Plan Bois. Garez-vous à côté de l’auberge du col et suivez les panneaux de randonnée indiquant le sommet du Sulens. On s’engage alors sur un large chemin qui monte jusqu’aux fermes un peu plus haut. Vous y croiserez des vaches, des habitants et de bons fromages en fonction de la saison. Avec un petit reblochon fermier à la clef, la randonnée ne sera que plus agréable !

0510-2018-0519076185838224592726.jpeg

Par définition, un sommet signifie que ça va monter. Toutefois, ne prenez pas peur, car celle-ci ne sera pas violente avec ses 600m de dénivelé pour environ 5km jusqu’au point le plus haut !

0510-2018-0516769185835917976689.jpeg

Une fois au sommet, préparez-vous à en prendre plein la vue. Une table d’orientation vous aidera à faire connaissance avec toutes les montagnes voisines. Je ne les citerai pas tous ici, mais sachez que j’en ai visité quelques-uns durant l’été.

0510-2018-0521760185840908355416.jpeg

Une fois que vous aurez bien contemplé la vue et repris des forces, deux options s’offrent à vous :

  • redescendre en revenant sur vos pas,
  • poursuivre en longeant la crête de la montagne pour une belle descente en lacets dans la vallée.

Ayant déjà fait l’aller-retour un jour de brouillard, nous avons cette fois-ci opté pour le deuxième itinéraire. L’occasion de faire voler le drone quelques minutes. Comme toujours, vous verrez ça à la fin de l’article !

0510-2018-0531753185850901531486.jpeg

La suite n’est pas bien compliquée… Le sentier se déroule devant nous jusqu’à la dernière bosse que forme le Sulens et c’est là que la descente débute. Celle-ci peut sembler raide vu d’en haut, mais les lacets sont très nombreux et plutôt agréables.

0510-2018-0524677185843825653068.jpeg

On atterrit en vallée sur le chemin que l’on peut observer depuis le sommet. Il suffit alors de le suivre dans le sens de la descente pour retomber sur la route du col de Plan Bois.

0510-2018-0536004185855152588560.jpeg

Pour finir et rejoindre le parking, on suit la petite route une dizaine de minutes et hop : retour à la case départ ! Si la montagne vous met en appétit, sachez qu’il est possible de déguster d’excellents beignets de pomme de terre à l’auberge de Plan Bois. J’y passe régulièrement dans le cadre de mon job et on est toujours bien reçu !

0510-2018-0521641185840789605301.jpeg


Carnet de randonnée


Et en vidéo, ça donne ça

Journée surprise avec Snowleader

En ce lundi, je suis encore sur un petit nuage. Le week-end a été bon, voire très sympa, puisque samedi matin j’étais invité par le magasin SnowLeader à un rendez-vous secret. En parallèle du High Five Festival à Annecy, la boutique fêtait ses 10 ans et avait organisé un jeu sur Instagram. En client fidèle (chaussures, matos ski de rando, casquette…), j’ai donc participé et gagné. Je vous raconte ça tout de suite !

0810-2018-125235135922129670227.jpeg

Comme une surprise reste une surprise, je n’avais pas beaucoup d’information à part le fait d’avoir une invitation dans un lieu tenu secret pour rencontrer de supers riders : Xavier et Victor De Le Rue, Marion Haerty et Leo Slemett. Bref du lourd !

0810-2018-124605635915834303078.jpeg

Rendez-vous de bon matin à 8h00 tapante au shop d’Annecy pour voir ce qui m’attend. Il y avait du monde à cette heure matinale : d’autres gagnants, des partenaires, de la presse… mais aussi des fans venus prendre le café avec Rancho devant le magasin. Nous aussi on boit le café et puis direction un bus qui nous attendait pour partir à l’aventure. Je n’avais pas plus d’infos sur notre destination alors je me suis laissé guidé !

0810-2018-120086535930643693721.jpeg

Après avoir longé le lac d’Annecy, le bus nous a montés jusqu’en haut du col de la Forclaz. Là, les riders, l’équipe de SnowLeader et des journalistes étaient présents pour un petit déjeuner en terrasse accompagné d’une présentation des dernières vidéos ainsi que des projets des sportifs tous membres du team TheNorthFace. C’était un chouette moment d’échange, très intéressant pour tout le monde et avec de belles images en ce qui concerne les teasers des différentes vidéos réalisées par les sportifs.

0810-2018-120510335934881024910.jpeg

Une fois le rendez-vous média terminé, l’ensemble des invités ont été priés de monter sur l’aire de décollage située un peu plus haut afin de redescendre, non pas en bus, mais en parapente ! Oui, vous avez bien entendu (enfin, lu).

0810-2018-124215735911935155542.jpeg

Le truc parfait quoi ! J’avais déjà fait un baptême de parapente le 14 juillet dernier depuis Planfait (un autre spot de décollage à côté d’Annecy), et cette fois j’en découvre un nouveau avec un vol jusqu’à Doussard. Après m’avoir gentiment demandé, le pilote qui m’accompagnait a fait quelques acrobaties. Vous me connaissez, je n’allais pas dire non !

0810-2018-125597635925754747455.jpeg

Voilà, on s’est posé. Le bus nous attendait. Et nous sommes repartis en direction du centre-ville d’Annecy pour rentrer à la maison. Franchement, merci beaucoup à SnowLeader pour cette invitation et une fois encore : bon anniversaire à vous !